mardi, juin 27

T'es foot ou quoi ?

Mais non, je t'assure !Lla France est en 1/4 de finale ! Bravo Ribéry ,bravo Viera et surtout bravo bravo milles bravos à Zizou pour le super but collé aux Espagnols .L'équipe de France ne me convaint toujours pas mais je suis contente qu'elle ait battu l'Espagne juste pour montrer à son facho de coach les merveilles d'une équipe melting-pot . Et dire qu'ils se voyaient déjà mettre Zidane à la retraite ! Faudra repasser, hahaha !
Olala mais je me demande si c'est préférable au battage médiatique à venir. Bon le truc bien c'est qu'on va arrêter de dégoiser sur l'âge de Zidane, et c'est peu dire. On va le béatifier, Saint Zizou patron des buts tricolores. Les mecs qui disaient pis que pendre sur lui vont tous se mettre à l'encenser sans retenue. Typique...
C'est donc le Brésil qui aura l'honneur de faire raccrocher le maillot à Zidane. Belle affiche en perpective. Et là... même Zizou ne saurait m'empêcher d'être à fond pour la Seleção et sa magie footballistique.
Sinon, j'ai passé mon bac cet après-midi. Inutile de rallonger là dessus.
Enfin, les vraies vacances commencent !
Moment de grogne: c'est les sooooooldes et je peux pas acheter ! C'est trop injuuuste !Les français qui s'habillent mal n'ont vraiment aucune excuse. Et je vise des gens !

Quand Mic voyage avec son appareil photo ( c'est à dire tout le temps) ,il nous ramène des super beaux trucs à voir ici. Un exemple de botruc pour que, par l'odeur alléchés, vous cliquiez là ou je vous dis de cliquer, vilains lecteurs indociles.

vendredi, juin 23

Régulons .

Je me permets pour la première fois un petit post (c'est déjà inédit en soi) pour rendre publiques quelques régles régissant ce blog à partir de désormais et jusqu'à dorénavant .Je vous entends déjà (ou pas) gueuler avec les lamas que "non mamoiselle pas question l'internet c'est le lieu de on fait tout c'qu'on veut" , comme de vulgaires manifestants altermondialiste anti-on verra après quoi pour le moment on manifeste. C'est bête parce que ça va vous plaire, j'en suis persuadée.
Et de toute façon je me permets qu’est-ce que je veux, je suis chez moi .
Allez on fait les lois, z'avez intêret à respecter sous peine de sanctions diplomatiques à déterminer. (50 épisodes de suite de Taupes Modèles, par exempe)
Y'en a que 3 ce sera simple.

1- Il est strictement interdit d'évoquer la moindre victoire française en footballe .
2- Il est strictement interdit d'évoquer la moindre victoire française.
3- Il est strictement interdit d'évoquer le journal la feuille de chou tout juste bonne à emballer le merlan avarié L'Equipe. et ses petits journaleux fouille-merde jaloux et ...(zen!)

Voilà, et ne me remerciez pas pour le soulagement occasionné. Mimi sait se mettre au service du publique.


Jeu concours (jeu pour les gens simplet fort en sprint qui ne s'apellent pas forcément Forrest Gump [j'men fous si c'est pourri comme jeu de mot]): Il faut découvrir le rapport entre la photo et le post. Premier (et seul) prix : un voyage sur la lune (et ceci n'est pas un vil attrape-commentaire).

*************************************************

RESULTATS DU GRAND JEU CONCOURS !!

Le grand huissier de justice Maitre Von turpitz m'apporte dans une enveloppe le nom du ou de la gagnante . Alors j'ouvre tout ça et oh ! une surprise, nous avons DEUX gagnants ! Inutile de faire durer le suspense plus longtemps, de toute façon je ne gagne pas de fric personne ne vote, donc j'apelle... Funghi et Franchouillard !!!

Clap clap clap ! Félicitations ,approchez, venez recevoir votre beau prix ! Mais...un instant...Maitre Von Turpitz me signale qu'en raison du nombre exceptionnel de lauréats, celui devra être légèrement modifié... Les négociations avec la NASA pour obtenir une seconde place dans la prochaine fusée en partance pour la Lune ont échoué. Désireuse de ne léser aucun des heureux vainqueurs, j'ai coupé la poire en deux (c'est le cas de le dire) et je vous propose à tous les deux

ce magnifique lot de consolation

PS: Mr C m'étonnera toujours. Jamais cru que quelqu'un comprendrait mes associations de sonorité débiles. Mais ce n'est pas demain la veille qu'un français gagnera quelque chose sur cet honorable blog. J'ai des principes (j'avais une blague pas mal, mais bon hchmt comme on dit en marocain). Au fait, Chichi mon ami a inauguré le mémorial qu'on va visiter l'an prochain ! Ouaiii !(enfin j'espère que vous vous êtes remué pour ça !)

mercredi, juin 21

Réjouissez vous mes enfants !

Car aujourd'hui nous sommes le 21 juin 2006 et que, comme le 21 juin de toutes les années de il y a déja bien longtemps quand les gens vivaient sous terre (pas dans le métro, banane mais dans une g-r-o-t-t-e ), ben c'est le premier jour de l'été, déjà hein, alors on dit tous un grand merci au 21 juin et on souhaite la bienvenue à l'été . Et puis surtout c'est l'anniversaire du génial inventeur de la musique, Mr Langue (de-bois, descendant de la branche (huhu) mérovingienne des célèbres De-movayse-foy-démagow ).Fête de la musique ? Mékesdonkecetruclo ?Pendant cette grande manifestation de liesse populaire, tous les gens qui ne peuvent pas torturer leurs voisins légalement le reste de l'année le font en toute impunité. Elle est célébrée dans tous les pays, grâce au lobby des voisins-à-la-coûteuse-chaine-HIFI qui à fait alliance avec celui des voisins-dotés-d'une-sacrée-paire-de-poumons et le collectif de soutien aux personnes souffrant de la GRIP (GaRou-Inconnus-mais-ayant-la-même-voix-Pourrie(ouai bon je peux être pas drôle tous les jours. mois)).Donc mes voisins ont eu eux aussi leur fête de la musique (qu'on devrait songer à débaptiser) qu'ils ont fêté avec enthousiasme en lachant du chabi à donfe dès 10 heures du mat. Mes voisins ont aussi des enfants, infâme tribu de gosses piaillants dont l'univers musical se situe entre Samira Ben Said et Jay-Z. La tradition pendant la fête de la musique est de taper contre les murs en rythme et en hurlant à tue-tête (de moi). Manque de chance, mes voisins sont des salauds traditionnalistes réac et méprisants des droits des Voisins . C'est même à cause d"eux que je suis encore debout à vous faire profiter des joies de la fête de la Musique.Alors tous en coeur on récapitule : Merci le 21 juin d'être le premier jour de l'été (c'est la saison où il fait tellement chaud que mes les cafards en crèvent ), merci aussi d'être le jour de la fête de la musique (c'est vrai tout le monde à besoin d'une bonne migraine à 5 jours du bac), merci Mr Langue (et au revoir. On m'a dit que Ségolène Royal était voisinophobe (c'est pour ça que pour elle l'Elysée ce serait le top, hein faut la comprendre)) et merci à vous d'avoir pris la peine de griller quelques uns de vos neurones pour déchiffrer ce billet.C'est pas beau la vie ?

dimanche, juin 18

Portait au vitriol (TRES dilué)

Ce qui va suivre est mon premier article "sur commande". En effet, après avoir lu-et adoré (j'exagère à peine)- l'histoire de Mic revisitée par mes soins, deux de mes amies m'ont plusieurs fois demandé (traduisez : harcelé ) pour que je fasse d'elles les héroïnes d'un de mes articles. Outre le fait qu'il est très gratifiant de voir son ouvrage (Comment apelleriez vous ça ?Pas trouvé mieux) apprécié au point de souhaiter en être la matière ,il serait comment dire... dangereux de refuser d'obtempérer sachant que lesdites personnes détiennenent des informations fort compromettantes dont je suis persuadée qu'elle n'hésiteraient pas à les divulguer à certaines oreilles complaisantes...
Il est courant que nous autres, gens de lettres, nous voyions forcés d'employer notre talent au service de personnages puissants et peu scrupuleux. Au 17ème siècle par exemple, Louis le Quatorzième, obscur roi de France liait pécuniairement à lui les artistes les plus en vue pour tuer dans l'oeuf leurs vélléités de critique. Et ceci est valable pour tous les arts et dans toutes les cultures. Me voici donc grimée en griot pour chanter glorieusement les louanges de mes honorables clientes , à ceci près que, ne percevant aucune rétribution financière et n'étant bridée par aucune règle édictant la manière dont je dois mettre en scène mes mécènes sans-le-sou, je bénéficie de toute ma liberté et puis laisser place à ma créativité vengeresse pour laver mon honneur souillé par certains commentaires à peine allusifs. En clair, je vais me lâcher .
Vous vous demandez certainement qui sont ces deux demoiselles qui désirent à tout prix leur 1/4 d'heure de gloire (quoique sur mon blog, ça sera plus long huhuhu*pas modeste la fille* ), au point d'user de vils stratagèmes de maitre-chanteur ? Elles ont fait fi de tous les principes, pourquoi ferai-je preuve de grandeur d'âme en protégeant leur honneur ?J'estime que je sers le mien en pratiquant la délation. Ces amies indignes sont Mesdemoiselles Ghita Ouaritini et Zineb Hassouni, qui se sont manifestées sur ce blog sous les surnoms respectifs de fan et zima. C'est cadeau, les filles ! (du gaspacho car la vengeance est un plat qui se mange froid)



Voici donc le commentaire comparé (séquelles du bac)de Ghita et Zineb: elles sont deux élèves de première S1 au Lycée Paul Valéry de Meknes. J'ai jugé plus judicieux de leur consacrer le même article, d'abord parce que ça me faisait ch*er de taper deux fois plus de texte et puis parce qu'elles sont inséparables . Elles mangent ensemble, dorment ensemble (amicalement), bossent ensemble, stressent ensemble (mutuellement en fait ), rigolent ensemblent, vont aux toilettes ensemble (sisi, je vous assure)... Puisque j'ai déjà attribué le surnom de couple "Velcro et Scratch" à Ali et Sara , il ne me reste que le très classique "Inséparables" à décerner à Zineb et Ghita. "Soeurs siamoises" aurait été pas mal mais les photos de Google image ne sont pas géniales (ce blog tient à rester tous publics).

Et puis, les soeurs siamoises sont jumelles. Ghita et Zineb sont très différentes physiquement. La première chose qui frappe chez Ghita, ce sont ces yeux, qu'elle a aussi globuleux que ceux d'un mérou .En seconde, les gens de la classe l'avaient d'ailleurs surnommée Docteur Globule. Par ailleurs, ces organes ont aussi la curieuse et fort gênante caractéristique de s'inflammer au passage de la moindre trace de pollen ou de poussière dans l'air. Et elle ne fait rien pour arranger les choses, s'obstinant à porter des lentilles qu'elle manipule avec des doigts dont on peut douter de la parfaite propreté sous prétexte qu' "avec des lunettes [elle] est affreuse". Tsssk, quelle superficialité! Sacrifier sa vue à l'apparence physique ! D'autant que la phobie de Miss Ghita est de devenir aveugle. Puis viennent ses cheveux : une épaisse tignasse bouclée toute douce et brillante qu'elle s'obstine à discipliner en faisant de temps en temps un brushing qu'elle conservera toute la semaine, malgrès nos supplications conjuguées à Zineb et moi. Je me rapelle qu'en Italie, pour lui enlever ce satané brushing, nous l'avions traitreusement attiré dans une des chambres chez Livia (ah cette chère Livia...) et enduit la tête de savon tout poisseux. Elle a été obligée de se laver les cheveux et adieu la raideur superficielle . C'est une fille très souriante et jolie, qui est persuadée du contraire. Il y a quand même des moments où sa joliesse s'estompe légèrement, notamment quand elle enchaine 3 soirées de suite à bosser jusqu'à 2heures du matin. Sa tête ressemble alors à ca: (ATTENTION: éloignez les enfants de l'écran)

Zineb est mince, TRES mince. A tel point que l'infirmière l'a crue anorexique.C'est bien sur n'importe quoi : jamais vu quelqu'un qui mange autant de chocolats de chips et de saloperies caloriques en tout genre. Mais elle a la chance de ne jamais prendre un gramme. Petite, frêle et gracieuse (faut la voir shaker son body ), Zineb selon ma mère a l'air "d'un petit oiseau ou d'un petit chat malnutri". Très mignonne et qu'on a envie de protéger donc. Pourtant Zineb n'a rien d'une poupée en porcelaine. Elle est capable, lorsqu'elle est excitée ou stressée, de donner des coups de poings qui font TRES mal, mon pauvre bras peut en témoigner. Sa phobie a elle porte un nom .Zineb est hypocondriaque. Il suffit que son pied lui fasse mal pour qu'elle s'imagine avoir une tumeur (c'est pas des blagues) ,qu'elle aie mal au ventre pour croire à des calculs rénaux...Zineb a aussi la faculté surprenante de vomir très facilement. Tentez l'expérience suivante : répétez à Zineb des mots comme "Pain de poisson", "Boeuf strogonoff", "Sauté de veau aux olives" (oui ce sont les menus de l'internat )10 fois et elle sera prise de violents hauts-le-coeur . Attention, si vous allez au delà de 10 fois, je vous conseille de vous éloigner ou de revêtir un vêtement de protection car Zineb ne manquera pas de vous prendre pour cible de sa crise émétique. Un dernier élément pour parachever cette description physique (bien lacunaire je l'admets): le nez. Zineb et Ghita vouent une haine implacable à leur appendice nasal. A tel point qu'elles refusent tout portrait de profil.

(ok c'était trop facile)

Ghita et Zineb sont aussi différentes dans leur façon d'être. Zineb est la raisonnable du duo. Elle tente -vainement, la plupart du temps- de modérer et de freiner les élans incontrolables de Ghita bien que les pitreries de cette dernière la fassent mourir de rire. Zineb a toujours peur d'en faire trop et de paraître irrespectueuse aux yeux des profs, notamment. Elle demande toujours "C'est pas grave n'est-ce pas ? "ou "Tu es sûre qu'on peut faire ça?" ou "Est-ce qu'il va bien le prendre", à quoi Ghita et moi nous exclamons invariablement "Mais ouiiiiiiii" (ou Mais noooooooon selon la question). Tout l'opposé, de ce côté là, du caractère de Ghita. Ghita est dans l'excès, sans inhibitions , sans recul. Elle est très extravertie, et ne calcule jamais l'impact de ses paroles (Ti amo tou ;) ). Elle est très directe, très fofolle, très fantasque...Elle adore discuter avec les garçons de notre classe et faire semblant d'être une malade mentale débile. Le pauvre Soufiane doit, jusqu'en cours de bio, subir ses assauts déchainés (Sousou comment tu trouve mes yeux ?Sousou toi et moi on va se marier...) S'ennuyer avec Ghita est chose malaisée.

Mais il ne faut pas croire que Zineb est un ange tout doux et tout gentil non plus. Mieux vaut ne pas la chercher. Quand quelqu'un lui fait des crasses, elle peut être très vindicative. En tout cas en privé. Qu'est-ce qu'on en a entendu, Ghita et moi, sur un certain Mr Bé, prof d'anglais de son état ! "On va lui crever les roues à ce ***** de B****"; "Quel con, mais quel con !!!!" dit elle, en bourrant de coups de poings son oreiller .

Zineb et Ghita partagent un romantisme cliché et un côté fleur bleu très prononcé. Leur film culte est le Temps d'un Automne, teen-movie inspiré de Love Story. Les belles balades françaises leur tirent facilement quelques larmes émues. Ghita rêve du Grand Amour , coeur d'artichaud icorrigible qu'elle est ,ce qui ne l'empêche pas de lorgner tous les garçons qui passent à sa portée (et de succomber au charme discutacle d'un plouc mal dégrossi du nom de Amine) . Ghita ne sait pas se contrôler sur le blog de son vrai amoureux (Signore Michael ). Heureusement que la plupart du temps, il y a Zineb ou moi pour l'empêcher d'écrire n'importe quoi (elle n'a pas internet chez elle héhéhé).Zineb est plus réservée, je ne sais pas grand chose de sa vie sentimentale. Zineb adore faire des calins et serrer les gens dans ses bras, jouer du piano, chanter et elle avale des tonnes de médocs (elle fait marcher Aventis à elle toute seule ). Ghita est droguée au chocolat .Ce sont toutes les deux de grandes angoissées qui ont peur de tout (de l'orage, des bombes, des taxis, des insectes ...). J'allais oublier: Ghita est anti-cigarette (quelqu'un en sait quelque chose) , anti-alcool ,anti-drogue, anti-bonnes (femmes de ménage quoi. On ne sait pas pourquoi, elle refuse de nous dire. Aurait-elle subi un traumatisme dans son enfance à cause d'une maid ?).

Zineb et elle aiment Star Ac, Newport Beach, Les frères Scott, La Nouvelle Star... D'ailleurs quand on a devoir le lundi, Zineb m'apelle souvent après les frères Scott parce qu'elle culpabilise d'avoir perdu deux heures de boulot le samedi. C'est tout son style :p ! Ghita est surnommée le Mouton par les gens de la classe. Ne me demandez pas pourquoi . Contrairement à moi, Ghita et Zineb partagent une vive affection pour un certain Antoine. Vous l'aurez remarqué, leur goût de ce côté là est très discutable. Je crois que j'ai une crampe. J'ai mal au poignet. Si vous voulez d'autres renseignement sur Ghita et Zineb allez sur ces blog (Rita & Charif ) et demandez à leurs auteurs de développer un peu plus ces quelques pistes que je vous ai donné .C'est désordonné, mais c'est écrit à la va-vite. J'ai intérêt à pas tarder sinon elles vont tout balancer...

Ghita OUARITINI et Zineb HASSOUNI sont deux de mes meilleurs amies. Je les adore. J'aime les moments que nous passons ensemble à rire et à parler. Elles sont uniques. (un peu de lèche ne nuit pas)

Lien promotionnel : Si VOUS aussi désirez être la vedette d'un de mes articles, contactez moi et nous discuterons des modalités de rétribution. (FINI le bénévolat)

vendredi, juin 16

Soyons (gentiment) xénophobes !

Puisque pendant la Coupe du Monde de football, s'est l'attitude qu'il est de bon ton d'adopter. Et puis quand il s'agit de critiquer la France, on n'a jamais besoin de me forcer longtemps .
Si mes favoris pour le titre suprême sont le Brésil et l'Italie (un certain voyage oblige), toute équipe qui battra les Bleus (haha) sera déclarée «Bienfaitrice de l'Humanité». Le premier prétendant à cette glorieuse décoration, la Suisse, a lamentablement échoué, arrachant toutefois un nul à une équipe de France apathique et parfois à la limite du ridicule. La relève viendra peut-être de la Corée du Sud et de ses joueurs petits, agiles, rapides et surtout qui en veulent. Les français eux ont l'air parachutés dans le stade, un peu hébétés et pas du tout conscients de l'enjeu.
Autrefois, pour être considéré comme une grande puissance, il fallait posséder un empire colonial. Aujourd'hui , le nationalisme s'exerce-entre autre-dans les stades de foot. Il faut savoir jouer au ballon. Rond le ballon, le rugby étant loin d'avoir atteint le niveau de popularité du football. On peut s'en désoler comme s'en féliciter, c'est un autre débat. Personellement je trouve tout à fait débile l'allégation de Desproges selon laquelle pour trouver plus "con" qu'un joueur de foot "il faut roder autour des stades". Le football estl’un des sports les plus ambivalents. Car il donne à voir dans le miroir qu’il nous tend, ce désolant reflet des inégalités et des injustices de nos sociétés capitalistes : une part de loterie, une bonne dose de chance, de la cruauté aveugle, de la violence parfois. C'est aussi un projet à part entière qui s'articule autour de l’appel à la jeunesse, le fair play, l’art, la neutralisation du racisme... Je ne vais quand même pas me mettre à faire l'éloge du foot. C'est hors-sujet.
Quoiqu'il en soit , la médiocrité de cette équipe de France est symptomatique de tout un pays : vieillissant, frileux et pas du tout performant.
Bref tout ça pour dire que j'apelle de tous mes voeux une défaite écrasante de la France. Et le plus tôt sera le mieux !
...
Attends, imagine qu'après tout ça la France gagne la coupe du Monde... Vous ne me reverriez plus au Lycée...
Nonononon , c'est pas possible ! La France va perdre ! Pas de pitié pour les nuls ! Hahahahahahaha (rire démoniaque) !
Bien sûr en lisant ceci vous vous souviendrez du topos :"Qui aime bien châtie bien"...

mercredi, juin 14

Ma vie, Episode II (la saga continue hahaha) : Le bac (interdit aux - de 16 ans)

Aujourd'hui j'ai passé mon bac de français.Ca fait bizarre de dire ça. J'ai l'impression qu'hier encore j'étais à la petite section à colorier des escargots ,à faire des guirlandes en papier crépon, à regarder pousser des haricots dans du coton mouillé, à apprendre qu'après vendredi il y a samedi et que dimanche c'est un sournois parce que c'est le seul qui commence par "di-"...
Ah, c'était le bon temps! On a raison de dire que l'enfance, c'est l'âge d'or (sauf gros problème). Mon enfance fut un âge d'or. Je ne dis pas que c'est le seul, mais du point de vue tranquillité d'esprit c'est le top. Quelle paix, quelle heureuse insouciance !Je comptais jusqu'à 10 sur mes doigts , j'épellais p-a-p-a/m-a-m-a-n/m-i-m-i (ce petit nom, je le porte depuis ma naissance. Vive papa ! ) .C'est à peu près tout et ça m'allait très bien ! L'ignorance est une bénédiction, mais pour que la bénediction soit complète, il faut que l'ignorance soit si profonde qu'elle ne se soupçonne pas elle-même, a dit Poe. La mienne l'était. Une ignare heureuse (je ne dis pas "imbécile", je me flatte de n'avoir jamais, même dans mes temps primitifs, été une imbécile).
Mais c'est bien fini tout ça .Finie l'oisiveté, finie l'inculture totale (vous avez vu, je progresse :je n'a pas dit "finie l'inculture" tout court )
Non, maintenant je passe mon bac. La belle affaire, me direz-vous, tu n'est ni la première ni la dernière à qui ça arrive. Oui mais moi c'est moi, c'est pas les autres.C'est mon sitcom .Z'avez qu'à faire votre propre blog.Blllll !
Revenons en au bac. La veille (hier donc), personne n'a beaucoup dormi. Nouha et moi , par exemple, avons enchaîné fou rire sur fou rire jusqu'à près d'une heure matin. Lorsqu'on s'est enfin tues, on a essayé chacune de notre côté de s'abandonner dans les doux bras de Morphée, mais sans succès. J'ai passé le reste de la nuit dans un demi sommeil agité, entrecoupé de cauchemards délirants du type Mr C transformé en tueur fou sanglé dans une hideuse combinaison en skaï extra-serré fushia .Malgrès la fatigue, dès potron-minet (restons dans le ton ), les élèves de première de l'internat étaient postés devant leurs salles respectives, les entrailles nouées, le sourire crispé, les langues les plus agiles comme anesthésiées .Puis finalement l'heure H a sonné. Chacun s'installe, les profs font l'appel, distribution des sujets... Ah les sujets! "Théâtre et représentations". Ma bête noire. J'ai quasi fait l'impasse dessus pendant les révisions, et pourtant j'en était sûre, je le savais (ma mère peut en témoigner), il fallait que ça tombe . Et c'est tombé. Que vouliez vous que je fasse ? J'ai écrit des trucs ça oui. Mais qu'est-ce que ces trucs valent comme note, c'est une autre histoire. J'ai essayé la disserte. J'ai passé une heure à faire un plan. Et puis finalement, à caue d'une ambiguité dans le sujet, j'ai laissé tombé. Mieux vaut un truc moyen qu'un hors-sujet complet. Je n'ai rien compris au sujet d'invention. Qu'est-ce qui me reste ? Le commentaire composé de la scène première des Caprices de Marianne de Musset. C'était dur. C'était chiant. Le plus marrant, c'est qu'à la fin des 4 heures Mr C est venu nous surveiller en salle Poly.Heureusement que c'est arrivé quand j'avais fini, parce que ça m'a carrément bloqué. Pouvais ni me concentrer pour relire, ni écrire la moindre ligne. Je ne sais pas pourquoi. Alors imaginez en début d'épreuve... Toute façon pour ce que ça aurait changé à la piètre qualité de mon devoir... Moi qui voulait avoir plus de 15 pour me la péter devant lui... ben maintenant je serai super contente si je n'ai que sa note. Verdict à la mi-juillet.... Maintenant, c'est l'Oral ! Keep smiling :^D

dimanche, juin 11

Ma vie, Episode I :Une journée à Rabat (suspense...)

Hier, j'étais à Rabat pour la journée. On y est allés parce que ma mère-grand , une jeunesse de 70 ans bien sonnés, s'est plainte de maux au coeur. Sachant que mon aieule bien-aimée, quasi-contemporaine de Mathusalem, a déjà été opérée pour un infarctus il y a moins d'un an,l'alarmante nouvelle de troubles cardiaques a provoqué un vif émoi dans la famille . Fort heureusement, à notre arrivée à l'appartement de Mamie, nous avons pu constater qu'elle semblait en bien meilleure forme que ne l'avait laissé augurer sa voix faiblarde au téléphone. Pour l'occasion, elle avait même retrouvé toute la puissance de sa voix , fort utile pour reprendre avec Idi, mon grand-père et accessoirement son époux depuis 40 ans, les célèbres couplets du fameux "Dialogue de sourds" . Mes grands-parents sont trop éclatants avec leurs disputes de vieux. Vraiment trop chous aussi. Ils s'asticotent comme des gosses mais quand ils font la paix, c'est vraiment attendrissant.

Ca allait tellement bien qu'on a décidé d'aller tous ensemble avec mon oncle, ma tante et mes cousins en prime, d'aller déjeuner dans un monument connu des rbatis seuls et malheureusement condamné à être rasé dans l'immense chantier d'aménagement de la côte: le Yacht . Fichus Emiratis ! C'est criminel de détruire un aussi bel endroit! Sis à un jet de pierres du fameux quartier des Oudayas, offrant une vue à couper le souffle sur ce quartier historique et sur la plage de Salé, ce jour-là littéralement noire de monde, le Yacht est un club pour personnes ne-roulant-pas-sur-l'or-mais-pas-dans-le-besoin-non-plus , exclusivement fréquenté il y a une trentaine d'années par ces sectaires de français de Rabat, puis ouvert à tous (ceux qui pouvaient payer la cotisation). Mes grand-parents y vont depuis 30 ans, y ont leurs habitudes, leurs amis... La piscine est une pure merveille, remplie quotidiennement par une eau de source froide comme la mort est vierge du moindre atome de chlore. Il y avait des terrains de tennis et un club de voile et de kayak, mais ils ont déjà été emportés par les bulldozers. Ce superbe endroit n'en a plus que pour deux mois à vivre.Nous avons coppieusement déjeuné d'une salade maison accompagnée d'un succulent roti de veau au poivre vert et d'un crème caramel. Un déjeuner très animé, où la gouaille rieuse de ma tante rivalisait avec les petites remarques pince-sans-rire de mon oncle et les anecdotes familiales tordantes que racontaient tour à tour ma mère et mes grand-parents. Au dessert bien sûr, le gossip était de mise: nous sommes marocains ne l'oublions pas. Seul exemple compréhensible pour quelqu'un qui n'appartient pas au Clan: la Fastoche (surnom de Fatima, une copine de ma Mamie), récemment passée sur le billard pour un lifting pas très réussi ,aimablement (et très justement) comparée à Igor et Grishka Bogdanov par mon père...

Après une bonne baignade au Yacht, nous sommes allés nous baladés dans la médina de Rabat qui, si elle n'a pas le charme suranné de celle de Fes, reste une des plus jolies et agréables du Maroc.
Passage obligé aux Oudayas, lieu privilégié des Bobos marocains et étrangers . LE quartier de prédilection pour tout une tranche d'artistes de la capitale. Des gens de tous horizons et aux histoires plus fascinantes les unes que les autres, telle celle de cette amie de ma grand-mère, Pascale. Française, née dans un tout petit bled au Maroc, elle y a passé son enfance et en est tombée amoureuse. Lorsquelle est rentrée dans son pays, ce qu'ele y a trouvé ne lui a pas plu. Elle s'est donc exilée en Australie où elle a rencontré son Allemand de mari. A leur retraite, ils sont revenus s'installer aux Oudayas, où elle tient une très belle galerie d'Art . Où l'on voit les bienfaits de la mondialisations. On a pris un petit café dans le superbe "Café des Oudayas", puis il a fallu songer à rentrer car il commençait à se faire tard.
Juste avant de partir Mamie m'a donné une pomme à grignotter pour la route. Cette pomme est tellement belle que je n'ai pas pu y toucher. Elle est d'un rouge sublime avec une forme très jolie : une vraie pomme de Blanche-Neige. Il n'y aurait pas un moyen de conserver cette pomme à jamais ? Je ne sais pas , on pourrait l'empailler, la lyophiliser, la freezer... Elle vient de Chine. Je ne veux pas qu'elle pourisse ! En plus elle sent super-bon !

C'était une super belle journée.

vendredi, juin 9

My king, that hero...

Longue vie à notre vénéré monarque ! Que Dieu lui accorde ses bienfaits (dont je gagerai qu’il n’a que faire) jusqu’à la tombe et qu’il soit béni pour 1000 générations !
D’où me vient ce brusque élan royaliste ?Pardi, vous ne connaissez pas la nouvelle ? On a les droits du foot ! Et gratis encore !
Je m’explique. Les droits de retransmissions des matchs de Coupe du Monde ont été rachetés par un groupe saoudien plein aux as . Cette diffusion gratuite est un miracle pour les fans du ballon rond qui pullulent dans notre beau pays et qui avaient perdu tout espoir en apprenant la somme faramineuse qu'exigeait le groupe de Radio et télévision arabe (ART) pour la région du Moyen-Orient et du Maghreb. 110 millions de dirhams nets, soit l’équivalent du budget alloué pour 50 ans à la recherche au Maroc. Nabil Benabdallah, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, avait affirmé, mardi au Parlement, que les responsables de la chaîne ART manifestent un comportement rigide qui s'explique par des «raisons purement commerciales». Une âme charitable pourrait elle expliquer à ce monsieur qu’une entreprise n’est pas une œuvre de bienfaisance et que faire des profits est un peu l’objectif principal ? Quoiqu’il en soit, jusqu'à mercredi, les discussions étaient vaines. Tout espoir semblait définitivement perdu quand soudain… Taratatatsouintsouin ! Sonnez trompettes, résonnez hautbois ! Zorro est arrivé ! Défenseur du téléspectateur aux abois, pourfendeur de ces vils saoudiens, capitalistes de grand chemin et empêcheurs de tourner en rond.
Plus fort que Batman, plus malin qu’Houdini et plus rusé que la belle-mère d’une tarentule voici… super-M16 !!!!
Son déguisement ? un costume trois-pièces (mais pas à deux sous) de chez Smalto qui le boudinne.
Son arme ? Le giga-téléphonator et son forfait illimité à l’International(e).
Sa botte-secrète ? Il a été élevé à la school-of-heroic-kings avec Abdallah, roi d’Arabie Saoudite .
Quoi ? On veut enlever à son peuple cette occasion de ce distraire à moindres frais ? Et surtout : on veut lui enlever à LUI une occasion de distraire son peuple de sa politique ?
Cela ne se peut ! Vite ! Transformation… Super-M16, scout toujours prêt ! Ah mince, je me suis gouré de slogan…Super-M16, prêt à l'arnaque !




Le héros magnifique avance d’un pas décidé vers son bureau (une merveille de sobriété et d'élégance toute en dorures et pierreries style néo-rococo...) et saisit d’un geste grandiose le téléphonator. Il compose avec courage le numérator d’Abdallah et…ses gorilles de gardes du corps me virent gentiment vers la porte : ce qui suit est classé Top-Mega-Secret (de polichinelle)…
Je ne saurais vous rapporter avec exactitude le contenu de ce que se dirent nos deux héros cette nuit là. Je ne le sais tout simplement pas. Ce qui est sûr en revanche, c’est qu’après 3 heures , Super-M16 ressortit de son bureau ,tout suant dans son beau costume Smalto, tremblant de fatigue, mais affichant sur sa bouille rondelette le fier sourire du conquérant. Il murmura : « Ca n’a pas été une sinécure, mais on les a eu ces fumiers ! On a les droits pour pas une thune ! »
Immense clameur de joie dans tous le pays : « Sa majesté a sauvé le Maroc! Le foot sera au rendez-vous! Y'a pas l'équipe nationale mais on s'en fout !On peut s'abrutir , c'est l'essentiel!»
En fait un agent quadruple à la solde du Pakistan, de la Russie ,du Lichtenstein et de VSD, témoin de la conversation, a révélé que l’affaire n’a pris qu’un petit quart d’heure à Abdallah pour être réglée : celui-ci a gentiment dépanné le PDG d’ART en lui économisant les frais de casse pour sa Mercedes flambant neuve : ses émissaires s’en sont courtoisement chargés à coup de batte de base-ball.
Le reste des trois heures, il a écouté M16 se plaindre de sa rouquine qui veut régenter tout le Palais, de ses sœurs qui lui font des crises de jalousies, du petit prince héritier qui veut devenir chanteur à la Star Ac…
Mais l’essentiel c’est que le Maroc a récupéré 4 matchs, et les meilleurs (selon moi) : le match d’ouverture (aujourd’hui pour les extraterrestrres ou ceux qui se réveillent d’un loong coma), les deux demi-finales et l’apothéose : la finale.
Alors vous voyez bien que ça sert, un roi !On dit merci !

Le monde est décidément bien petit ! En parcourant distraitement le blog de maitre eolas, je tombe sur un commentaire qui reprend le témoignage d'un nommé Jean Louis Touton. Mais je connais un JeanLouis Touton! Il a été CPE (fort impopulaire d'ailleurs) dans mon lycée il y a moins d'un an ! Son témoigange m'a bouleversée: le pauvre homme semble avoir connu les pires revers de fortune depuis son départ du lycée: homophobie, maladie, acharnement...
Je ne le connais pas du tout et n'avais qu'aversion pour le peu qu'il laissait deviner de sa personnalité(toujous à geuler sur tout le monde), mais sa force de caractère, son courage et son combat au sein d'Act Up ont forcé mon admiration et mon respect.
Je lui souhaite de se rétablir bien vite et de retrouver un certaine stabilité dans sa vie, aujourd'hui bien chaotique...

J'ai déja publié cet article, mais il a mystérieusement disparu, et du blog et de la page d'administration de Blogger. J'espère qu'il n'y a aucune pression du palais ou que les gorilles d'Abdallah n'ont pas fait leur apparition. J'ai apellé toute la famille et apparament tout le monde va bien, pas de jambe fracturée ni d'accident bizarre... J'espère que je suis simplement paranoïaque...

lundi, juin 5

Le plus grand machin du monde

Encore un article né d'une des nombreuses anecdotes de papa. Je vais essayer de retranscrire avec mes mots la petite histoire qu'il a rendue tellement savoureuse grâce à son talent de narrateur. Il devrait quitter la pharmacie et créer un cercle de conteur à Jemaa el Fna. M'est avis qu'il aurait beaucoup de succès.Imaginez vous...C'est papa qui parle...
Quand j'étais petit, j'étais très fier de posséder la plus grande piscine du monde. En fait je ne la possédais pas,mais elle était là ,au coin de la rue où habitaient mon oncle et ma tante, à Casablanca. Et quand j'y allais,avec ma tante et ma cousine, on se répétait avec enthousiasme:" Akbar mesbah fil'alam !"Plus tard, me méfiant des illusions de l'enfance, j'ai vérifié dans un vieux Guiness'Book of Records. Et bien c'était vrai :pendant des decennies, la plus grande piscine du monde (plusieurs centaines de mètres de long)se trouvait à Casablanca, en face de l'Aquarium. C'était même notre seul titre de gloire, à nous autres Marocains. La plus haute montagne du monde aux lutins du Tibet, le plus long fleuve aux Brésiliens, le plus gros type au Texas (600kg tout mouillé). Ah, mais nous, on avait la "biggest swimming pool in the world".Et toc !

Quel est le pisse-froid technocrate, le destructeur de rêves enfantins, le massacreur d'illusions, qui a pris un jour la décision de détruire notre gloire nationale ?Je ne sais. Mais le fait est là: la piscine sombra corps et biens dans les années 1970. Il fallut attendre Aouita pour que le Maroc entre de nouveau dans le Guiness, entre un avaleur de sabres et un champion de domino.

Puis arriva le grand projet de Hassan II, la mosquée qui porte son nom et qui a battu quelques records: plus grand ceci, plus vaste celà, plus haut, plus fort, enfin de quoi entrer dans le Guiness. Est-ce un hasard-je le signale aux historiens- si cette mosquée se trouve non loin de l'emplacement de la piscine disparue ?En tout cas, j'ai contribué à l'époque avec enthousiasme à la collecte nationale (2750 dirhams ajoutés d'office à mon I.G.R). Pour moi, c'était un peu de mon enfance qui ressucitait.

Les uns construisent pour la plus grande gloire de Dieu, les autres pour entrer dans le Guiness. Savent-ils eux-même ceux qu'ils font ?Qui peut sonder les coeurs et les reins ?Dans le doute, cette belle action nous vaudra à tous un petit coin de paradis.

Je viens de discuter avec un de mes professeurs à propos de mon nouveau blog.Quand je lui ai demandé ce qu'il en pensait, il m'a dit qu'il trouvait que c'était trop "analytique" et pas assez personnel...
Je l'ai naturellement très mal pris.... Je déteste quand on n'aime pas ce que je fais. Je ne supporte pas les compliments tièdes.
Mais bien sûr j'en ai tenu compte. Pas pour cet article-ci bien évidemment, puis que ce n'est pas une anecdote PERSONNELLE (même si mon papa me l'a racontée en arabe, et qu'il faut quand même faire un effort pour adapter l'humour marocain en français...)
Donc attendez vous à une surdose de "personnel" dans ce qui va suivre.
Je ne sais pas si c'est un cadeau...

dimanche, juin 4

Du côté de chez Mic...

Au vu du ton "mieux vaut tard que jamais" dans lequel semblent s'inscrire les premiers articles de ce début de blog, je me devais, pour en préserver l'unité naissante(comme on dit) d'honorer une de mes promesses, faite dans un moment d'égarement et certainement sous l'effet une subtance hallucinogène quelconque .Je vais donc m'y atteler en vous parlant d'un personnage qui traîne souvent à l'INTERIEUR de mon lycée, suffisament louche pour que j'y consacre un article entier.
Je dis louche car ledit monsieur est un professeur -ce qui est en soi n'a rien de particulièrement bizarre (quoique les ex-Titaniens connaissent mon avis sur cette curieuse confrérie dont les membres présentent une large palette de pathologies mentales)- qui combine des caractéristiques à priori banales mais qui font de lui an out standing man.(l'anomalie psychique du monsieur en question se trouve être un dégoût caractérisé pour la langue de Sheakspeare, Dieu (et certains initiés) seul sait pourquoi...)
En bonne scientifique que je suis, il me semble approprié de commencer par nommer ce que je suis sur le point de disséquer. Pas que mon sujet soit une célébrité ou que son nom reflète sa personnalité tortueuse mais par simple courtoisie. Donc voilà: il s'apelle Michael Serra.
Le nom est lancé, le reste suit. Monsieur Serra, Michael, Mic, Mimi (non, ce n'est pas une fantaisie de mégalomane qui veut incruster son nom partout : ce plagiat a été commis, d'après l'aveu du concerné lui-même, par sa grand-mère), Wridn (sans commentaires)...
Let's start the story: Il y a environ 33 ans à Meknes (Maroc), éclata un orage effroyable qui paralysa la ville pendant plusieurs heures. Au même instant, dans une clinique de la banlieue résidentielle de Dijon, une jeune femme donnait naissance à un adorable petit bonhomme . L'orage toucha plus particulièrement un certain lycée Paul Valéry où il provoqua la chûte d'un arbre de belle taille, qui eut la malencontreuse idée , en tombant, de venir démolir le crâne d'un professeur d'anglais.
Cet homme autoritaire et prude à l'extrême était le père d'un petit garçon de 8ans, maladif, maigrelet et déjà terriblement sournois et hautain. Rappelez-vous de lui, il est amené à réapparaître dans la vie du bébé Dijonnais.
Bébé Michael ,(nommé d'après George Michael, dont la tante du garçonnet était fan)pour en revenir à lui, grandissait, dans la joie et l'insouciance. Enfin grandissait...Les années passaient, ça c'était sûr. Mais Michael, par ailleurs un très joli enfant souriant généreux et espiègle comme le sont tous les enfants heureux, semblait se refuser à grandir. Dans le sens propre du terme, j'entends. Les centimètres se refusaient à s'ajouter à la taille de l'enfant. A chaque anniversaire, ses parents, follement angoissés, le soumettaient au rituel dit du chêne-mètre. Le tronc du splendide arbre portait les stigmates de cette pratique qui consistait à plaquer le petit Michael bien droit contre le tronc et à faire une encoche , immortalisant la croissance du fils aimé. Mais dans ce cas précis, il n'y avait pas de croissance à immortaliser. La famille, consternée, parlait déjà de nanisme et s'inquiétait du sort du petit garçon. Ce que personne n'avait saisi, c'est que Michael, comme Oskar dans le Tambour , avait tout simplement jugé inutile de "pousser". Il trouvait tout plus beau vu d'en bas. A 8 ans il en paraissait la moitié. Les jolies jeunes filles n'étaient que douceur et cajolerie pour lui, alors qu'elles se moquaient des autres "grands" garçons. A quoi bon s'embarasser de centimètres en plus ?


Michael semblait bien parti pour devenir le nouveau Tom-pouce. Mais un évènement fondateur devait modifier cette petite existence. A l'âge de 10 ans, son père ,désireux d'ouvrir son fils à de plus vastes horizons que ceux de Dijon, cité par ailleurs charmante, l'emmena à une photo-exposition qui avait pour thème "Grandeur et Vastitude de la Planète" (...où l'on voit mes talents de trouveuse de thèmes de photo-expostions...)
L'enfant fut subjugué. Les clichés monumentaux le dominaient de toute leur hauteur, l'écrasant presque.
Mais un en particulier le fascina.C'était celui-d'une adorable fillette algérienne, dont les grands yeux noirs semblaient manger le visage hâve et creusé. Elle avait un sourire lumineux. Un sourire qui transperça le coeur du petit Michael. Il demanda à son père s'il pourrait jamais aller en Algérie rencontrer cette petite fille . Monsieur Serra père regarda son fils d'un ton grave et répliqua :"Mon fils, l'Algérie est un grand pays de grands". (...oui bon, je ne suis pas César, adressez-vous à quelqu'un d'autre pour les phrases qui tuent...).

Michael avait enfin une raison de grandir, ce qu'il se dépêcha de faire, en petit garçon consciencieux qu'il était.
Il ne deviendrait jamais un basketteur ça non. Mais on ne pouvait plus le confondre avec un Hobbit blond.
Michael devint un adolescent comme tous les adolescents: bête, boutonneux et rebelle . Il se perça l'arcade gauche (comme Obispo son idôle d'alors...on a tous un passé inavouable...), brûla son quota de voitures, et eut des mauvaises notes à l'école. La "rebellité" de Michael était toute entière la cause d'un ennui mortel, doublé d'une passion ardente, inextinguible, qu'il n'avait cessé de nourrir depuis ce fameux jour à la photo-exposition . Et oui, vous l'aurez deviné (mes talents d'inventeuse d'histoire sont aussi développés que ceux de trouveuse de thème pour photo-exposition non ?) Michael était tombé amoureux de la gamine au sourire d'ange qui vivait dans ce pays où il fallait être grand pour exister.

Revenons-en au piètre parcours académique de Michael. Il n'était pas particulièrement abruti, bien au contraire.
Mais tout ce que l'école de la République proposait le faisait "chier" (je cite).
C'est pourquoi, à l'âge de 20 ans, il fit son sac à dos, embrassa sa mère, son père, sa soeur, son grand-père... toute la smallah Serra quoi, et il quitta Dijon et la France pour se lancer à l'aventure et surtout à la quête de son amour secret.


A partir de là sa trace se brouille. On retrouve trace de lui en RDC (un témoin interrogé déclare se souvenir d'un "gringalet bronzé qui cherchait les pygmées"), en Chine, à Cuba (où il développa un gout immodéré pour le cigare dont ses quenottes gardèrent les traces) et en de nombreuses autres contrées. Il eut beaucoup de conquêtes mais ne resta attaché à aucune bien longtemps. Ses ex, interrogées,témoignèrent toutes de l'amour de Michael pour le monde et la vie mais déclarèrent que celui-ci "était en quête de quelque chose, on ne savait pas trop bien quoi". Quelque chose qui le poussait tôt ou tard à rompre des histoires pourtant épanouissantes.

And then one day, one magic day he passed my way (je suis en train d'écouter Nature Boy, la reprise de David Bowie et Massive Attack). Je le rencontrai pour la première fois dans mon lycée à Meknes, où il s'était vu attribuer le poste de prof de sport après une année comme surveillant. C'est en classe de première que j'ai réellement fait connaissance avec lui, poussée par Ghita, une de mes amies qui le trouvait déjà absolument irresistible en seconde (...quelqu'un a pensé a emmené cette fille chez l'ophtalmo?...). En début d'année de première, j'ai choisi le menu volley, un peu au hasard je l'avoue, car avec ma jambe récemment ressoudée, je ne comptais pas sérieusement faire de sport cette année. Aucun hasard en revanche chez Ghita : elle choisit expressément celui qu'animait le nouvel élu de son coeur. Ma Ghita-coeur d'artichaud collectionne les coups de coeurs, mais je dois admettre qu'elle n'a jamais fait montre d'autant de constance que dans cette idylle à sens unique. J'admire Mr Serra de n'avoir pas rembarré cette mouche du coche, qui le guette à chaque récré et nous saoule avec "Serra, il est trop mignon, Serra je l'aime, Serra quel homme ,Serraaaaa !". Il doit avoir l'impression que son ombre s'est mise à parler. Ghita est où Michael est. Pourquoi Ghita a t'elle fait club photo ? Pour "Serra"(c'est comme ça qu'elle l'apelle). Pourquoi Ghita, alors qu'elle a devoir de maths, va se farcir un spectacle de danse pourri ? Parce qu'elle pensait que Serra y serait (ce traître lui a finalement fait faux-bond). Limite du harcèlement... Mais Mr Serra aime bien Ghita. On ne peut pas détester sa groupie, pas vrai ?
Mais cette patience, cette sérénité, Michael la doit à sa rencontre avec l'Amour de sa vie. Enfin, après des années de quête déséspérée, celle qu'il nomme son étoile est enfin entrée dans sa vie...
La rencontre s'est faite par hasard qui a, une fois n'est pas coutûme, bien fait les choses. Par un chaud après-midi de Juin, alors que Michael travaillait à rénover la splendide demeure juive qu'il s'est acheté à Sefrou (pour en faire une maison d'hôte : c'est réellement splendide regardez), une frêle silhouette, aussi gracieuse que gracile s'avance avec assurance sur la terrasse. Michael approche de la jeune femme, un sourire engageant (d'attrape touriste) sur les lèvres. Elle le regarde fixement et lui rend son sourire. Michael s'arrête net. Ce sourire...cette lumière...ces yeux... c'est Elle! Ils ne se quitteront plus.


J'ai moi même rencontré cette jeune personne. Il faut préciser que jusqu'à très récemment je ne la connaissais que par l'intermédiaire du blog de Michael. J'y avais laissé sous le nom de lulubellouft (moi et les pseudos...toute une histoire !) quelques commentaires bien sentis qui l'avaient froissée (le mot est faible).
En fait, d'après ce qu'elle m'a dit, j'ai "failli foutre son couple en l'air avec [mes] commentaires"...Le jour où elle m'a dit ça, j'ai bien cru qu'elle allait échapper aux bras de Michael pour venir me crever les yeux , me scalper, m'arracher les ongles avce une tenaille... Sacré caractère !
Mais j'imagine qu'il faut avoir du tempérament pour vivre avec un artiste. Car Michael est un photographe talentueux (confer le lien Meknes-blog). J'utilise d'ailleurs certains de ses clichés pour illustrer cet article.
Pour conclure, parce que là j'en ai plein le dos de taper : Monsieur Serra est un type super gentil, très ouvert, très drôle (sisi, il faut l'écouter lâcher ses vannes tout doucement), très voyageur et très amoureux (désolé pour Ghita!). Je l'adore ! Et maintenant l'article est fini, je ne rajoute pas une ligne de plus, je n'ai pas dit la moitié de ce qu'il y a à dire mais j'en ai marre.



PS: en relisant, je me suis apperçue que j'avais oublié de parler du rôle (infime, soit dit en passant) du petit gosse dont le père s'est fait écrabouiller par un arbre. C'est pas la peine, il suffit de savoir qu'il n'est pas devenu meilleur en grandissant. Ca vous renseigne sur mes talents de romancière...
PPS: toute l'histoire et ben c'est qu'une invention.
PPPS: Merci à Monsieur Serra Michael pour les photos , en espérant qu'il pardonnera mes petites(si petites...) impertinences.
PPPPS: Eh ! l'histoire c'est du pipeau mais pas la morale !
PPPPPS: Stop !

samedi, juin 3

Quand une déesse redécouvre l'humilité


Merci à mon professeur de français de m'avoir fait connaître tout le génie de Baudelaire. J'adore son oeuvre et j'admire certains aspects de sa conception de la vie et de ses plaisirs. Dans mon infinie bontée, je vous livre un infime extrait de la sagesse baudelairienne et de son amour passionné de la vie. Goûtez en silence, profanes...

"Il faut être toujours ivre. Tout est là : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre,il faut vous enivrer sans trêve.Mais de quoi? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise, Mais enivrez-vous, Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé , dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à
l'oiseau, à l'horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est; et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront : "Il est l'heure de s'enivrer! Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous; Enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise."

Charles Baudelaire

La lucidité n'est rien d'autre qu'une ivresse de puissants
La douleur est un aussi puissant modificateur de réalité que l'ivresse
D'autant plus forte est l'ivresse que plus amer est le vin
Trop ou trop peu de vin interdit la vérité

Mes Titaniens...

Etat de déshydratation avancé

Nouvel espace, nouvelle philosophie. Je me défais pour un temps de mon isolationnisme égoiste et j'inaugure ce blog avec un article en forme de coup de gueule écologiste. Enfermée dans la moiteur de Fes, avec pour seule compagnie les auteurs symbolistes ou classiques, je m'ennuie ferme. La télé, ma fidèle compagne m'a fait faux bond. Ou plutot ces incapables de pirates marocains, qui n'ont toujours pas trouvé le code d'accès aux chaînes françaises et qui me réduisent à l'extrême extrêmité de regarder 2M, la chaine nationale marocaine. Coup de chance, ce n'est pas sur une table ronde où la langue de bois est à l'honneur ni sur l'un de ces navets égyptiens que je tombe mais sur un DOCUMENTAIRE. Et en français en plus !Mon étoile m'a à la bonne. Je mentirais si je m'affirmais spectatrice inconditionnelle de Discovery Channel, Arte ou National Geographic Channel, mais là je n'ai pas les moyens de faire la fine bouche. Je regarde ce qu'il y a à regarder et je m'estime heureuse. Vous vous demandez peut-être où je veux en venir, mais il faut bien que j'explique comment m'est venue l'idée de cet article. Donc ce documentaire passionnant m'a ni plus ni moins appris que le Paradis, le vrai, est en train de disparaître.
Ses plages de sable blanc, ses cocotiers, sa lagune où l'on somnole béat dans une température de 30°C ,tout cela ne sera bientôt plus qu'un souvenir à peine moins éthéré que le Paradis des prophètes.Les eaux du Pacifique montent, à cause de l'effet de serre, et elles engloutiront bientôt Tuvalu. Tuvalu ?Mais oui, c'est ainsi que se nomme le paradis: 25km², l'un des Etats les plus petits et les plus isolés du monde, le seul pays de la planète où l'on ne trouve ni chemin de fer, ni armée ni taxis, ni même feux de croisements. On n'y trouve pas non plus de parti politique: à quoi bon se fâcher quand on est béni des Dieux. Mais à la différence d'Eden, auquel la Bible et le Coran font une réclame d'enfer depuis des siècles, Tuvalu est à peine connu (la preuve, votre omnisciente déesse en ignorait tout). On n'y aime pas trop les touristes. Des taxes élevées sont infligées au mécréant pour le décourager d'aborder dans les cinqs atolls qui forment l'archipel et qui portent des noms à rêver : Nui, Nanumea, Funafuti...
Et voilà que le réchauffement climatique menace de mettre fin à tout celà. On a récemment noté une marée record à 3.2 mètres alors que le point le plus élevé de l'archipel culmine à 5m.La fin est proche. Ironie diabolique de l'affaire: il ya quelques mois (d'après le documentaire, qui datait de 2000), le Conseil de sécurité de l'ONU a recommandé l'admission de Tuvalu comme 189ème membre. Ils est à craindre que les 10587 habitants du nouvel Etat membre viennent bientôt s'installer comme un seul homme dans le fauteuil de leur représentant à New York. Il ne s'y passe pas grand chose , mais au moins on y est au sec.
Mieux (et tout à fait récent): Tuvalu a vendu son domaine Internet (les trois signes .tv) à une compagie américaine, ce qui lui assure un revenu de plusieurs milliers de dollards par habitant et par an.Tuvalu sera donc un pays doublement virtuel : représenté à l'ONU, présent sur Internet, mais absent de toutes les cartes géographiques.
"Je me hâte de rire de tout, de peur d'avoir à en pleurer."Jamais le mot de Beaumarchais n'a sonné aussi juste pour la cynique désoeuvrée que je suis, désolée de constater que le paradis était là, que nous l'avons cherché ailleurs et que nous allons le perdre. Quant à la géhenne, inutile d'accuser ce pauvre diable de Belzébuth, qui n'en est que le gérant.En polluant sans vergogne, en déboisant, en brûlant, en chauffons, c'est nous qui faisons de notre planète un enfer, petit à petit. L'enfer c'est les eaux...