dimanche, juin 11

Ma vie, Episode I :Une journée à Rabat (suspense...)

Hier, j'étais à Rabat pour la journée. On y est allés parce que ma mère-grand , une jeunesse de 70 ans bien sonnés, s'est plainte de maux au coeur. Sachant que mon aieule bien-aimée, quasi-contemporaine de Mathusalem, a déjà été opérée pour un infarctus il y a moins d'un an,l'alarmante nouvelle de troubles cardiaques a provoqué un vif émoi dans la famille . Fort heureusement, à notre arrivée à l'appartement de Mamie, nous avons pu constater qu'elle semblait en bien meilleure forme que ne l'avait laissé augurer sa voix faiblarde au téléphone. Pour l'occasion, elle avait même retrouvé toute la puissance de sa voix , fort utile pour reprendre avec Idi, mon grand-père et accessoirement son époux depuis 40 ans, les célèbres couplets du fameux "Dialogue de sourds" . Mes grands-parents sont trop éclatants avec leurs disputes de vieux. Vraiment trop chous aussi. Ils s'asticotent comme des gosses mais quand ils font la paix, c'est vraiment attendrissant.

Ca allait tellement bien qu'on a décidé d'aller tous ensemble avec mon oncle, ma tante et mes cousins en prime, d'aller déjeuner dans un monument connu des rbatis seuls et malheureusement condamné à être rasé dans l'immense chantier d'aménagement de la côte: le Yacht . Fichus Emiratis ! C'est criminel de détruire un aussi bel endroit! Sis à un jet de pierres du fameux quartier des Oudayas, offrant une vue à couper le souffle sur ce quartier historique et sur la plage de Salé, ce jour-là littéralement noire de monde, le Yacht est un club pour personnes ne-roulant-pas-sur-l'or-mais-pas-dans-le-besoin-non-plus , exclusivement fréquenté il y a une trentaine d'années par ces sectaires de français de Rabat, puis ouvert à tous (ceux qui pouvaient payer la cotisation). Mes grand-parents y vont depuis 30 ans, y ont leurs habitudes, leurs amis... La piscine est une pure merveille, remplie quotidiennement par une eau de source froide comme la mort est vierge du moindre atome de chlore. Il y avait des terrains de tennis et un club de voile et de kayak, mais ils ont déjà été emportés par les bulldozers. Ce superbe endroit n'en a plus que pour deux mois à vivre.Nous avons coppieusement déjeuné d'une salade maison accompagnée d'un succulent roti de veau au poivre vert et d'un crème caramel. Un déjeuner très animé, où la gouaille rieuse de ma tante rivalisait avec les petites remarques pince-sans-rire de mon oncle et les anecdotes familiales tordantes que racontaient tour à tour ma mère et mes grand-parents. Au dessert bien sûr, le gossip était de mise: nous sommes marocains ne l'oublions pas. Seul exemple compréhensible pour quelqu'un qui n'appartient pas au Clan: la Fastoche (surnom de Fatima, une copine de ma Mamie), récemment passée sur le billard pour un lifting pas très réussi ,aimablement (et très justement) comparée à Igor et Grishka Bogdanov par mon père...

Après une bonne baignade au Yacht, nous sommes allés nous baladés dans la médina de Rabat qui, si elle n'a pas le charme suranné de celle de Fes, reste une des plus jolies et agréables du Maroc.
Passage obligé aux Oudayas, lieu privilégié des Bobos marocains et étrangers . LE quartier de prédilection pour tout une tranche d'artistes de la capitale. Des gens de tous horizons et aux histoires plus fascinantes les unes que les autres, telle celle de cette amie de ma grand-mère, Pascale. Française, née dans un tout petit bled au Maroc, elle y a passé son enfance et en est tombée amoureuse. Lorsquelle est rentrée dans son pays, ce qu'ele y a trouvé ne lui a pas plu. Elle s'est donc exilée en Australie où elle a rencontré son Allemand de mari. A leur retraite, ils sont revenus s'installer aux Oudayas, où elle tient une très belle galerie d'Art . Où l'on voit les bienfaits de la mondialisations. On a pris un petit café dans le superbe "Café des Oudayas", puis il a fallu songer à rentrer car il commençait à se faire tard.
Juste avant de partir Mamie m'a donné une pomme à grignotter pour la route. Cette pomme est tellement belle que je n'ai pas pu y toucher. Elle est d'un rouge sublime avec une forme très jolie : une vraie pomme de Blanche-Neige. Il n'y aurait pas un moyen de conserver cette pomme à jamais ? Je ne sais pas , on pourrait l'empailler, la lyophiliser, la freezer... Elle vient de Chine. Je ne veux pas qu'elle pourisse ! En plus elle sent super-bon !

C'était une super belle journée.

8 Comments:

At lundi, juin 12, 2006, Anonymous guru said...

je zap

 
At lundi, juin 12, 2006, Anonymous Mimi future directrice des programmes chez Canal said...

Mr Guru n'est pas représentatif des 99.9999% de la population qui déclareront ce programme nouvelle série culte.

Mimi déclare également qu'elle s'en fiche .

 
At lundi, juin 12, 2006, Anonymous Une lumière said...

Tu pouré la prendre en tof ta pomme
p pas l'oublié.
T assé bizare come fille finalment ;).

Guru , moi je trouv ça marrant comment ell raconte ça vie a part ke ca fé un peu snob et kelle est pas du tt kom ça en vré. Pis c son blog apré tt.

 
At lundi, juin 12, 2006, Anonymous Mi de mi (Comprendrez vous ?) said...

Si j'ai pu donner une impression de snobisme, ce n'étais absolument pas mon intention.
La lumière l'a bien dit (ça fait très science-fiction)je ne suis pas du tout comme ça "en vrai".

Mais c'est peut-être (surement) ennuyeux à lire. Je m'en excuse, mais j'avais envie de fixer une petite journée de bonheur, banale pour d'autres mais unique pour moi.

 
At lundi, juin 12, 2006, Anonymous Mr C said...

Joli petit tableau que cette journée.

Et puis, fais comme tu veux, ne laisse pas les critiques t'influencer... les blogs, c'est comme les cours : la démocratie, on l'enseigne, mais on ne l'applique pas.

 
At lundi, juin 12, 2006, Anonymous Mimi dans sa tour d'ivoire said...

Comptez là dessus .

 
At mardi, juin 13, 2006, Anonymous Ali san said...

Empailler une pomme.. ksss ma nièce ,tu es toujours aussi folle :)
Ton billet m'a soulagé ainsi que Salim et Hugo. Il est vrai qu'à son âge, ce genre de chose est très inquiétant.
Heureusement, elle arrive le 4 juillet à Quebec.
Ca lui fera du bien .
Gbx !

 
At mardi, juin 13, 2006, Anonymous Ali san said...

J'avais oublié de te souhaiter bonne chance pour ton bac !!
J'espèr que tu feras mieux que moi (j'avais eu 4, alors c'est pas trop dur! ).

 

Enregistrer un commentaire

<< Home